Imprimer

La 3e révolution agricole en marche

henri isaac.png
Par Henri ISAAC, Président élu de Renaissance Numérique

Penser le futur de l’agriculture dans un monde numérique implique de réfléchir à la société que nous souhaitons, et trouver le moyen de dépasser les contradictions actuelles de l’agriculture que nous avons développée depuis 70 ans.

Nous voulons une alimentation naturelle et raisonnée, traditionnelle et locale; mais nous voulons dans le même temps des produits adaptés à notre mode de vie, notre budget et à notre profil nutritionnel. Nous voulons promouvoir l’agriculture de proximité respectueuse de l’environnement et des animaux, mais notre mode de vie, urbain et péri-urbain, consomme des terres agricoles, éloignant d’autant les productions des lieux de consommation.

Certains associent le numérique à une nouvelle intensification de l’exploitation des terres agricoles alors même qu’il peut-être la source d’une agriculture de précision limitant les intrants, les pesticides. Nous voulons limiter l’impact de nos consommations alimentaires sur l’environnement, mais nous n’imaginons pas encore manger des fruits et légumes qui auraient poussé dans une ferme urbaine verticale, solution qui se développe ici et là.

Nous craignons la robotisation dans les champs (et bien d’autres secteurs) mais nous cherchons également les prix les moins chers pour nous nourrir, sans nous préoccuper de la pénibilité du travail des agriculteurs. Là encore, l’introduction du numérique dans l’agriculture permet de repenser le métier, étendre les compétences de l’agriculteur, renouveler sa relation au consommateur dont il est aujourd’hui complètement coupé, attirer de nouveaux profils ou encore ouvrir de nouvelles perspectives avec l’agriculture urbaine.

Le numérique est donc un ouvf - illustration agrifutur 6.pngtil de transformation pour une chaîne agro-alimentaire aujourd’hui pleine de contradictions et d’opacité, pour le consommateur : non pas le strict synonyme d’une agriculture intensive au service d’une alimentation industrielle.

Cette révolution agricole a d’ores et déjà très largement débuté. Le présent livre blanc en témoigne par de nombreux aspects : de la production, à la consommation en passant par la distribution des produits agricoles, le numérique est partout et modifie de nombreuses logiques historiques de la chaîne agricole, en produisant une information sur chaque étape, désormais accessible et distribuable aux différents acteurs de cette chaîne, y compris le consommateur.

Une des particularités de la transformation digitale actuelle de la société est précisément le rôle nouveau des consommateurs, et le fait que le numérique leur donne accès à davantage de moyens de pression et d’expression : c’est leur emporwement. Cette transformation est bien visible dans la consommation alimentaire, où les crises alimentaires successives ont introduit une grande défiance sur la qualité et la provenance des produits alimentaires et conduit les consommateurs, pour une partie d’entre eux, à s’organiser autrement: financement de la production, mise en oeuvre de nouveaux circuits de distribution, système de traçabilité collaboratif, etc. Cette révolution ne se fera donc pas sans le consommateur. Il y a dans ce bouillonnement d’initiatives multiples des recompositions possibles des chaînes alimentaires. Celles-ci modifieront en profondeur le rôle et le métier des différents acteurs, en France et dans le monde.

La transformation numérique de l’agriculture marque donc l’émergence d’un nouveau paradigme, dans lequel productivité et écologie seraient réconciliées, production et distribution rapprochées, agriculteur et consommateur réunis. Dans cette perspective, nous avons souhaité partager nos analyses et nos réflexions au travers de ce livre blanc, afin que chacun puisse se forger une opinion sur un sujet qui concerne chaque citoyen et chaque consommateur.

Contexte

Renaissance Numérique publie son nouveau rapport Les défis de l’agriculture connectée dans une société numérique qui formule 16 mesures pour repenser la production, la distribution et la consommation alimentaires à l’ère du numérique. Il invite les acteurs publics mais surtout les entreprises du secteur, les coopératives, syndicats et les agriculteurs à entrer dans la« troisième révolution agricole » permise par les outils numériques. Ce livre blanc s’attache à souligner l’opportunité globale qu’induit une nouvelle agriculture pour toute la société, et il suggère aux acteurs de la société civile de considérer les enjeux citoyens de ce nouveau paradigme.

 

Commentez