Tribunes

TES : pourquoi fait-il consensus chez les candidats 2017 ?

capture dcran 2016-11-17  15.17.01.pngC’est un constat étonnant ! Alors que l’on assiste à de vives critiques face à ce que les médias appellent désormais le « fichier monstre », avec des protestations émanant notamment de la secrétaire d'État au Numérique et du Conseil national du numérique et de la CNIL, le fichier, baptisé Titres Électroniques Sécurisés (TES) est loin d’être vivement critiqué par les candidats à la Présidentielle pour 2017. La dimension exceptionnelle du TES par sa taille (60 millions d’identités), les enjeux de sécurité et surtout, les conditions de sa création, sans concertation ni débat parlementaire prévu à l’origine par le gouvernement, contribuent au climat de suspicion autour de ce fichier.

Lire la suite...

Renaissance Numérique : cap vers 2016

henri isaac.pngPar Henri Isaac, Président de Renaissance Numérique et Vice-Président en charge du numérique à l'Université Paris-Dauphine. 

Lire la suite...

Le moment est venu de mettre le numérique au chevet de notre démocratie en crise

Par Ca2013093_Profil_Camille.pngmille VAZIAGA, déléguée générale de Renaissance Numérique, coordinatrice du projet "Démocratie : mise à jour".
 
La pétition contre la réforme du droit du travail démontre incontestablement le besoin, pour les citoyens, de disposer de nouveaux outils démocratiques à l’image de leurs usages quotidiens, qui intègre donc les technologies numériques. Le moment est venu pour le gouvernement de lancer une large réflexion sur la mise à jour de l’interface élu-citoyen insufflée par les citoyens, dans une logique « bottom-up ».
 

Lire la suite...

Économie collaborative : les Français ont fait leur choix ! Et les politiques ?

juliette langlais.jpgPar Juliette Langlais, Membre de Renaissance Numérique, Responsable Affaires publiques France et Institutions européennes – Airbnb

 

Lire la suite...

Quelle culture de paix?

adam_jerome.jpgPar Jérôme Adam, membre du Bureau de Renaissance Numérique, créateur et co-producteur de la série "J'en crois pas mes yeux"

« Mal nommer les choses ajoute à la douleur du monde » disait Camus.


Depuis vendredi13 novembre, nous entendons de la bouche de nos politiques que « nous sommes en guerre ». En Europe, la guerre, nous connaissons. Nos peuples ont payé un lourd tribut de massacres géants, savamment orchestrés. Une violence qui a finalement conduit à rechercher la paix. Mais pour quelle culture de paix aujourd’hui ?

Lire la suite...

Page 1 sur 7

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Commentez